20 ans de passion caféinée pour Laurent Baysse et sa Brûlerie du Cantin à Lens

Arrivé en mars 1999 à Lens, Laurent Baysse est un artisan-torréfacteur respecté dans la région mais également au niveau national. D’ailleurs, l’originaire d’Aurillac participera prochainement à un concours pour devenir le meilleur torréfacteur de France. 

Laurent Baysse rêve de voyager au Costa Rica notamment pour continuer de découvrir de nouvelles saveurs. Crédit photo : Frédéric Peter / RBM

Tout le monde peut se faire plaisir. Pour Laurent Baysse, du bon café ou un chocolat de qualité ne sont pas des produits de luxe et il accueille chacun autour de la table de sa Brûlerie du Cantin. Le chemin a été long jusqu’à aujourd’hui. Après des études scientifiques et économiques vers Clermont-Ferrand, il tombe amoureux des saveurs du café lors d’un échange franco-allemand avec un correspondent. Il se forme auprès d’un torréfacteur aguerri et il achète sa première boutique en 1996 avant de déménager sur Lens en 1999. 

Le torréfacteur fait cuire les ingrédients nécessaires à la production du café, lui donnant un arôme et un goût particulier. Le lensois d’adoption travaille notamment avec le géant Belco, très réputé sur le marché du café, et avec la marque Leonidas depuis 2004, ajoutant le chocolat à son champ de compétences. Si on reste sur le café, la Brûlerie possède des grains de plusieurs pays : du Costa Rica, du Brésil, de l’Éthiopie le berceau du café selon Baysse, ou encore le Nicaragua. 

Dernièrement, le fin connaisseur a participé au concours du Meilleur Ouvrier de France, qui organisait sa première classe pour les torréfacteur, sans parvenir à décrocher l’encolure tricolore ; il tentera sa chance cette année à un autre concours, celui du meilleur torréfacteur de France. Laurent Baysse affirme qu’aujourd’hui, pour durer, il faut savoir proposer de nouvelles choses aux gourmands qu’il considère comme adorables dans la région. De plus, le commerçant fait partie de l’association Shop’in Lens, regroupant plusieurs artisans et gérants de la ville, et pense que le commerce lensois a toutes les chances de bien se développer avec les réseaux autoroutiers à proximité, les centres culturels et le tourisme. 

Pour 2019, la Brûlerie va continuer à avancer avec de nouveaux sachets de café, plus écologique et plus éco-responsable. Par contre, la chaleur humaine de Laurent Baysse et celle de sa brûlerie ne vont pas changer et vont rester intactes, comme leur café. 

Brûlerie du Cantin-Leonidas, 61 rue René-Lanoy à Lens. N’hésitez pas à suivre l’actualité de la Brûlerie sur sa page Facebook officielle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *