Latif Colak : La vie est belle!

Le rescapé de l’accident du 16 juillet 1996 à Metaleurop était dans notre studio ce matin. Il avait 25 ans, il travaillait avec 11 copains quand une explosion l’a brulé à 93% au 3e degré et tué les autres.

Latif est resté  mois et demi dans un coma thérapeutique. Il est resté deux années de plus à l’hôpital à Paris, avec des douleurs inimaginables, des opérations, des soins. Latif a été le premier à bénéficier de cultures de peau, faites à Boston. Il en a reçu 484… soit autant de moments de douleurs.

Latif n’a plus travaillé depuis. Incapable de le faire. La peau ne le laisse pas tranquille. Il met au minimum un tube de « biafine » par jour, deux par temps chaud, qu’il paye de sa poche pour soulager la douleur.

Latif se souvient bien de l’usine Metaleurop. « Elle n’avait rien de neuf, tout était rafistolé. Mon travail de maçon fumiste consistait à colmater les trous dans les murs »

Après 15 années de procés, Latif Colak a été indemnisé. Non pas par Metaleurop qui avait alors disparu, mais par un fond d’indemnisation du terrorisme…

Voila 25 ans que Latif vit depuis l’accident. Il n’a rien oublié. Après coup, il estime que les conditions de travail étaient inhumaines. Aujourd’hui, il n’y retournerait pas. Le salaire ne méritait de prendre autant de risques!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *