De surveillante pénitentiaire à gérante d’un salon de coiffure, Johanna Krzeminski revient à Douai avec sa Parisienne

Native de Douai, Johanna Krzeminski avait quitté sa ville et sa région pour embrasser une carrière de surveillante pénitentiaire en région parisienne. Rattrapée par ses rêves de coiffure, elle change complètement de registre, pratiquant dans un institut de beauté parisien avant de revenir dans le Nord et d’ouvrir son propre salon, rue de…Paris à Douai.

C’est dans un salon flambant neuf que la douaisienne a ouvert son activité. Une activité qu’elle voudrait bien faire grandir dans les prochaines années. Crédit photo : Frédéric Peter / RBM

Ouvert au début du mois de juillet, le salon La Parisienne de Douai attire les curieux de la ville de Douai. Même si son histoire est encore courte sur le papier, dans les coulisses, il y a le parcours de Johanna Krzeminski. Né à Douai, la jeune femme débute en région parisienne mais très loin des ciseaux et des miroirs. « J’étais surveillante pénitentiaire. J’ai commencé à la maison d’arrêt de Bois d’Arcy mais je n’y suis pas resté longtemps. Ensuite, j’ai passé cinq ans à la prison de Nanterre » détaille Johanna. Elle décide de changer de voie au moment où elle attend son enfant, le milieu carcéral était particulièrement violent.

« J’ai toujours voulu faire dans le milieu de la beauté » confie cette douaisienne qui suis une formation avant d’être embauchée dans un institut parisien, côtoyant les sixième, huitième et douzième arrondissements de la capitale. Voulant voler de ses propres ailes, la coiffeuse travaille sur l’idée d’avoir son propre salon. Après un faux-départ sur Paris, elle se sent prête et trouve son bonheur dans sa ville natale, installant son salon La Parisienne, rue de Paris évidemment. « Les journées commencent à 7h et se terminent à minuit. Au début, je me perdais dans les rues car tout a changé dans Douai mais je me suis adapté ».

Dans son salon, elle propose des coupes mais également des soins du visage, du microshading ou encore de l’extensions de cils sans oublier des coupes de barbes pour les messieurs. Johanna a engagé un coiffeur, Patrick, et recherche actuellement un(e) coiffeur(se) confirmé(e). La gérante voit loin et veut faire de La Parisienne, une marque qui se montrerait dans toute la région. Elle désire ouvrir deux à cinq salons sur les Hauts-de-France, développer un véritable lieu pour le bien-être et aider les victimes du cancer du sein en développant le maquillage permanent. Des virages en approche qui ne font pas trembler Johanna Krzeminski, habituée aux grands écarts.

La Parisienne, 62 rue de Paris, ouvert du lundi au vendredi de 10h à 19h et le samedi de 9h à 19h. Téléphone : 09.87.03.03.25. N’hésitez pas à vous abonner à la page Facebook du salon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *