Le Divorce Club a ouvert pour un soir au Cinéville d’Hénin-Beaumont

Michaël Youn sait s’entourer et surtout embarquer d’autres acteurs dans ses délires. L’ancien meneur de jeu du Morning Live a présenté, lundi soir au Cinéville d’Hénin-Beaumont, sa troisième réalisation Divorce Club en compagnie d’Arnaud Ducret. Une comédie burlesque démolissant l’image du couple comme les zygomatiques des spectateurs.

Arnaud Ducret (à gauche) et Michaël Youn (à droite) ont échangé avec les spectateurs pendant vingt minutes. Crédit photo : Frédéric Peter / RBM

Michaël Youn était divorcé de la réalisation depuis sept ans après son deuxième long-métrage, Vive la France. Toutefois, sa réconciliation avec elle lui offre son troisième bébé, Divorce Club, ayant le mérite de faire parler avec notamment son Grand Prix et son Prix de la presse, décrochés au Festival de l’Alpe D’Huez.

La comédie, prévue pour le 25 mars dans les salles, raconte l’histoire de Ben, un agent immobilier talentueux, plaqué par sa femme après cinq ans de mariage. Ayant du mal à s’en remettre, il emménage chez Patrick, un ami d’enfance également divorcé et tentant d’emmener Arnaud Ducret dans ses délires, fleurtant avec les limites du raisonnable.

Le premier rôle et le réalisateur ont participé, lundi soir, à l’avant-première de Divorce Club au Cinéville d’Hénin-Beaumont, échangeant avec les très nombreux spectateurs présents pendant vingt minutes. Le créateur de Fatal Bazooka n’a pas hésité à jouer avec son public, se glissant même derrière l’écran ou derrière son acteur pour mieux rebondir sur certaines questions. Interrogé sur la possibilité d’un Fatal 2, Michaël Youn a avoué que ce projet « est sorti du tiroir pour venir sur le bureau » sans pour autant donner plus de précisions. En attendant de découvrir (peut-être) les prochaines aventures de l’interprète de Fous ta Cagoule, l’ancien présentateur a chanté son célèbre tube bien aidé par les beats d’Arnaud Ducret.

Au final, Divorce Club est une comédie ne se prenant pas du tout au sérieux et rigolant de l’image du couple parfait ou même des difficultés rencontrées dans des unions bien différentes. François-Xavier Demaison est excellent dans le rôle de l’éternel divorcé, créant un clan des solitaires dans sa villa avec piscine et lémurien sur le balcon. Arnaud Ducret s’amuse tout comme la convaincante Caroline Anglade et l’expérimentée Audrey Fleurot. Michaël Youn se cantonne à un second rôle correcte et particulièrement drôle dans certaines scènes. Le mélange entre humour absurde et graveleux marche plutôt bien même si le film peut souffrir d’une baisse de régime en milieu de métrage.

Que vous soyez célibataire, marié ou divorcé, le Divorce Club acceptera bientôt tout le monde sur les sièges rouges, couleur de la colère ou de la haine ressenties lors d’une séparation, mais également de l’amour et de la passion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *