Stéphane Viseux : « La Race Across France, c’est le défi ultime »

Ancien joueur formé au Racing Club de Lens, Stéphane Viseux est un homme de défi. Après avoir rallié Calais et Marseille en 60 heures à vélo, ce passionné de cyclisme se lance un nouveau défi : la Race Across France, une course de 2 600 kilomètres qui traverse la France à partir du 15 août. Un défi pour la bonne cause : soutenir l’Association S.O.S Village d’Enfant. Interview.

Stéphane Viseux repart pour un tour avec un défi inédit cette année. Crédit photo : Stéphane Viseux / Facebook / Tous droits réservés

Stéphane, tu es un ancien joueur formé au Racing Club de Lens, désormais entraîneur des gardiens dans le club de l’AS Vitré. Maintenant tu fais du cyclisme. Qu’est-ce qui t’as donné envie de faire du vélo ?
Disons que le vélo, j’ai toujours aimé. Depuis que j’ai 15 ans, je regarde le Tour de France, j’ai toujours aimé ce sport. C’était incompatible avec le parcours de footballeur, j’ai fait un choix entre le football et le cyclisme professionnellement donc.

Le football m’a plutôt bien réussi parce qu’après mon parcours à Lens, je suis allé jusqu’en National 2. Je ne suis pas allé plus haut mais je n’ai aucun regret parce que c’est aussi un très bon niveau, j’ai pris beaucoup de plaisir à ce niveau là. Mais aujourd’hui du coup, après avoir fini ma carrière, j’ai pu revenir à mes premiers amours avec le vélo. Je m’y suis mis à fond à partir de là, tout simplement.

Qu’est-ce qui t’as donné envie de réaliser ces défis cyclistes assez hallucinants comme faire Calais-Marseille en six jours ou la Race Across France ?
L’esprit compétiteur que j’avais dans le football ne m’a jamais quitté. J’ai pu basculer cet état d’esprit dans le vélo en trouvant des challenges. Rouler le dimanche matin en club, bon c’est bien mais on a vite fait le tour ! Je cherchais du coup des petites performances sur des longues distances notamment et c’est là que j’ai eu l’idée de faire ce genre de performances pour une association.

Depuis combien de temps représentes-tu l’association « S.O.S Village d’Enfant » ?
Je la représente depuis 2010 maintenant, 10 ans donc. J’avais un premier projet, un Lille-Martseille tout d’abord, en cinq jours. En fait, à partir du moment où je me suis dit que je voulais le faire pour l’association S.O.S Village d’Enfants, je les ai contactés, on s’est vu.

Ils ont été sensibles à l’idée mais on a arrondi le défi pour finalement faire un Calais-Marseille parce qu’il y a deux villages à Calais et à Marseille. On a eu l’idée d’associer les villages par ce biais là.

Qu’est-ce que l’association « S.O.S Village d’Enfant » au juste ?
Je pense qu’aujourd’hui beaucoup de monde connait S.O.S Village d’Enfant via sa marraine, Annie Duperey. C’est une association qui va récupérer des enfants qui ont été placés par décision de justice, pour diverses raisons qu’on peut imaginer : maltraitance, parents en prison. Ces enfants sont élevés par une « mère S.O.S » qui ne remplace naturellement pas une mère biologique, mais qui éduque l’enfant jusqu’à ce que la mère soit apte à récupérer son enfant.

Cela peut durer quelques mois comme ça peut durer, malheureusement, toute une vie. La grande différence avec d’autres associations de ce type, c’est que les fratries ne sont pas séparées à S.O.S Village d’Enfant. J’étais très sensible à ce message là. Je les ai vu à Paris pour voir si je pouvais promouvoir l’association, ça a commencé comme ça.

Tu vas soutenir cette association en participant à la Race Across France qui commencera à partir du 15 août. Qu’est-ce que cette course exactement et pourquoi se lancer dans un tel défi ?

Cette course, c’est un peu la course ultime. Je m’attaque à ce qui est de plus dur je pense. J’ai déjà fait Calais-Marseille quatre fois, en essayant de terminer cette course en 60 heures. J’ai fait aussi deux fois le Tour de France ainsi qu’un parcours entre Brest dans le Finistère et Innsbruck en Autriche.

Suite à mon dernier Calais-Marseille où j’ai battu mon record, maintenant qu’est-ce que je fais ? Je voulais trouver le challenge qui va premièrement me pousser dans mes limites, deuxièmement qui va avoir du sens pour l’association. La Race Across France 2020 c’est ce qu’il y a de plus complexe en France, c’est une course de 2 600 kilomètres, deux fois Paris-Brest-Paris. On part de Mandelieu, à côté de Cannes, le 15 août. On attaque ensuite le Mont Ventoux après 300 kilomètres. Une fois passé, on bascule dans les Alpes où on va monter le Galibier, l’Alpe d’Huez. On remonte vers les Châteaux de la Loire jusqu’aux plages du débarquement de Normandie pour rejoindre ensuite l’arrivée au Touquet.

On a dix jours, au maximum, pour terminer. Mon objectif personnel étant, si les conditions sont bonnes, de le faire en 6-7 jours.

Crédit photo : Stéphane Viseux / Facebook

Tu seras seul au cours de cette épreuve ?
À pédaler, je serai seul. Par contre, j’ai choisi de le faire avec une assistance de trois personnes pour vivre une aventure à plusieurs, mais aussi pour mieux communiquer autour de l’association. Ce qui m’intéresse, c’est qu’on parle de S.O.S Village d’enfant.

Avec un véhicule et une équipe, on va pouvoir optimiser cette communication. On va avoir un véhicule floqué aux couleurs de l’association et aux sponsors qui m’accompagnent durant cette aventure. On va aussi créer une page Facebook très prochainement et on va faire vivre l’aventure au plus près grâce à cette page par le biais de live, de reportages.

Comment t’entraînes-tu pour cette Race Across France ?
Ça risque de surprendre un peu, mais je m’entraîne au feeling. J’ai de la chance de faire un métier qui me prépare beaucoup (Stéphane Viseux est préparateur mental, ndlr). Je fais pas un gros volume d’entrainement, je travaille en fonction des sensations du corps. Des fois, je pousse à fond jusqu’à me faire mal, d’autres moments, il faut que je lève le pied.

Je suis bienveillant envers moi-même, je me préserve pour avoir un maximum d’énergie au départ, tout en enchaînant un certain nombre de kilomètres quand même, mais pas que sur le vélo. Je fais aussi beaucoup de course à pied, une heure de course c’est plus facile à caser qu’une demi-journée de vélo. Je m’adapte et m’entraîne aussi avec l’AS Vitré pour être en forme.

Le confinement a d’ailleurs perturbé mon entrainement. Je devais préparer l’épreuve à partir de Mars. Je n’ai pas rien fait, mais je ne faisais pas d’entrainement sur le terrain naturellement. J’utilisai mon home trainer, c’était juste pour préserver ma forme ceci dit.

Comment peut-on soutenir l’association et suivre ton aventure donc ?
L’idée est d’essayer de rassembler sur cette page Facebook, et si on peut relier d’autres supports à cette page Facebook, on le fera. En attendant, vous pouvez peut être aller sur ma page personnelle sur Facebook « Stéphane Viseux », se connecter à la page de l’épreuve ou sinon sur le site internet de l’association (sosve.org). Pour l’instant on ne voulait pas communiquer trop tôt, on voulait attendre le mois précédent la course. On ne voulait rien précipiter.

Antoine Dazin

Pour soutenir l’association, n’hésitez pas à vous rendre sur leur page internet : sosve.org ou directement à un village proche de chez vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *