L’Apei de Lens et environs, l’oubliée de la crise du Coronavirus

Thomas Delreux éprouve beaucoup de fierté vis-à-vis de ses équipes et des personnes hébergées. Malgré la situation difficile frappant ses établissements accueillant des adultes et enfants handicapés, l’Apei de Lens fait front malgré un manque criant de masques.

Photo d’illustration. Crédit photo : Alexas Fotos / Pixabay

Chaque jour, 800 adultes et enfants, en situation de handicap, sont accompagnés par près de 300 collaborateurs de l’Apei de Lens et environs dans les différents établissements et lieux de vie de la structure. Forcément, la crise du Coronavirus a impacté toute ce groupe comme le concède Thomas Delreux, directeur de l’association. « La charge mentale est énorme sur nos collaborateurs mais une belle solidarité s’est organisée entre eux ».

L’IME, recevant des enfants, a fermé et les petits bouts reçoivent des visites à domicile dans certains cas tout comme d’autres personnes accompagnées repartis chez elles. La direction a également prévenu les familles qu’aucun aller-retour n’était possible, obligeant les proches à faire un choix. « Tous nos établissements ont fermé et aucune visite n’est acceptée. Dans la résidence de Lens, ils sont cinquante et peuvent se retrouver à l’étroit par moment car ils avaient l’habitude de sortir pour travailler. Les gestes barrières sont respectés mais il est impossible de confiner les habitants dans leurs chambres ».

Des suspicions de Covid-19 ont été observées chez certaines personnes accompagnées, placées en confinement mais aucun cas n’a été officiellement déclaré. De plus, Thomas Delreux et ses équipes doivent faire avec un manque de masques assez conséquent, laissant les Apei sur le carreau. Pour l’association lensoise, elle aurait dû recevoir 6 000 masques mais elle n’en a obtenu que 1 000 malgré ses multiples relances. « Il y aura forcément un après, il y aura un travail à faire » avance le directeur.

De plus, l’Apei de Lens cherche à informer le grand public sur ce qu’il se passe dans ses établissements et la sortie de Yepa!, son nouveau magazine, possède cette mission principale. « Yepa, c’est un cri de guerre, qui a succédé à Relais-Avenir, accessible dans plusieurs endroits du secteur » affirme le responsable, présentant la rétrospective de l’année 2019 dans les colonnes du journal. Même si l’année 2020 a mal commencé, le directeur espère apercevoir un petit rayon de soleil très rapidement pour ses pensionnaires et ses animateurs.

Suivez l’actualité du Bassin Minier sur la page Facebook de RBM. Vous pouvez également vous tenir au courant des dernières initiatives de l’Apei de Lens et environs sur son site internet et son compte Twitter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *